Aucun enfant oublié

La nouvelle campagne «Aucun Enfant Oublié» est une initiative de Save The Children visant à rendre effectif l’accès des enfants aux soins de santé, à une éducation de qualité et à un environnement sain, sur l’ensemble du territoire national du Mali.

 En effet, selon un nouveau rapport de Save The Children, des millions d’enfants parmi les plus pauvres au monde sont privés de services de santé vitaux, simplement à cause de leur identité ou du lieu où ils vivent.

C’est pourquoi, l’organisation de cette nouvelle campagne «aucun enfant oublié».

Dans le même ordre d’idée, il a été constaté que la discrimination ou la négligence délibérée sont les plus grandes menaces qui pèsent sur le bien-être des enfants les plus pauvres au monde, et ceci ne cesse de prendre de l’ampleur.

L’objectif de l’événement est surtout d’attirer l’attention des plus hautes autorités politiques du pays sur l’urgente nécessité de prendre des mesures concrètes visant l’accès universel des enfants, en particulier les filles aux soins de santé et à une éducation pour tous de qualité.

Il s’agit en outre, de créer un mouvement en faveur de la promotion des droits des enfants qui doivent être à la fois les bénéficiaires et les acteurs du développement durable.

«Chers parents, chers parents, décideurs et partenaires techniques et financiers, Chère première dame, n’oubliez aucun enfant, plaide Fadimata Sangaré, la porte-parole du parlement des enfants qui ajoute. Nous demandons au gouvernement de rendre effective la couverture universelle maladie des enfants et que les filles ne soient plus précocement mariées».

Et «si notre rapport montre comment certains des enfants les plus pauvres au monde sont laissés pour compte en raison de leur identité ou du lieu où ils vivent, il ne dépeint cependant pas un tableau complet, du fait notamment que de nombreux pays choisissent de ne pas recueillir de données les concernant», a déclaré Dr. Raphaël SINDAYE, Directeur de Save The Children au Mali. Avant d’ajouter qu’au Mali, « la campagne se veut participative, constructive et citoyenne avec en tête de file le Parlement des Enfants et les autres associations de promotion et de défense des droits des enfants et jeunes. C’est une campagne intégrée qui va s’articuler autour des thématiques vitales pour la santé, l’éducation et la protection».

Selon M. SINDAYE, les chiffres issus du rapport global «aucun enfant oublié» que Save The Children publie aujourd’hui même, sont alarmants et tout simplement injustifiés. Car, dira-t-il, les conclusions de notre rapport disent que sur 2,6 milliards enfants dénombrés, en 2015 dans le monde: 5,9 millions d’enfants de moins de 5 ans meurent chaque année des causes évitables, 59 millions ne sont pas scolarisés, 1,5 milliards sont victimes de violences, 400 millions parmi eux vivent dans l’extrême pauvreté, 1/10 vit dans un pays touché par un conflit et enfin, 150 millions enfants vivent avec un handicap. Cela ne doit plus continuer, plaident les enfants à la tribune.

Toutefois, pour y arriver, nous devons éliminer les différents obstacles résultants de la pauvreté, de la discrimination et de l’insuffisance des ressources économiques et financières, conclut M. SINDAYE dans son allocution.

Au cours de la cérémonie, plusieurs personnalités maliennes ayant œuvré pour la cause des enfants ont reçu des attestations de reconnaissance de la part de Save The Children.

Les mariages précoces enlèvent aux petites filles le droit de poursuivre leurs études, discourt la première dame qui souhaite que cette initiative soit couronnée de succès, en déplorant du fait que les enfants meurent alors que la médecine est assez développée pour pouvoir les sauver pourtant.

La cérémonie a pris fin par la signature du livre d’or, engageant les autorités et les partenaires à tout mettre en œuvre pour atteindre les objectifs de la campagne.

Source : Issiaka M Tamboura (maliweb.net)